Une carte postale de la Corée du Nord

Les cartes postales sont l’un de mes passe-temps favoris. J’aime tout ce qui les entoure : recevoir des cartes postales par la poste, regarder les timbres et les cachets, acheter, signer et envoyer des cartes postales à d’autres personnes ou à moi-même.

Ma collection compte aujourd’hui une centaine de cartes postales provenant du monde entier. Elles se répartissent essentiellement en deux catégories :

  • Des cartes postales que j’ai reçues en participant au postcrossing (un projet d’échange de cartes postales avec des personnes choisies au hasard dans le monde entier).
  • Des cartes postales que je m’envoie de mes propres voyages pour me rafraîchir la mémoire à mon arrivée. En fait, c’est une autre option pour ce que vous pouvez rapporter de vos vacances.

Cet été, alors que je voyageais à Prague, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres l’une des cartes postales les plus inhabituelles que je possède, mais aussi que les postcrossers possèdent en général. Du moins, je n’ai trouvé aucune mention de ce type sur Internet (même si, bien sûr, je pense que quelques centaines d’autres personnes sur la planète en possèdent).

Ainsi. C’est une carte postale de la Corée du Nord ! Oui, oui, j’ai reçu une carte postale de la RPDC, l’un des pays les plus fermés au monde et où il est très difficile d’entrer.

La Corée du Nord fait l’objet de plusieurs sanctions internationales depuis de nombreuses années et son gouvernement n’est pas pressé d’entrer en contact avec ses voisins hostiles. Elle ne peut être visitée que dans le cadre d’un groupe d’excursion accompagné d’un membre des autorités locales de sécurité de l’État, le long d’un itinéraire clairement défini, sans amateurisme inutile.

Je vais être honnête, j’ai l’intention de visiter ce pays. Je m’intéresse beaucoup à leur histoire, à leur système étatique. J’aime leur nature et je pense qu’il sera nécessaire de la voir, car le monde change si rapidement.

Cependant, voyager là-bas n’est pas bon marché. Un bon circuit d’une semaine ou d’une semaine et demie coûte 2 000 à 3 000 dollars américains, plus la route vers la Chine ou Vladivostok, d’où partent les itinéraires.

Et là, je peux me réjouir de cette carte.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’un bureau de poste ordinaire de la RPDC. On ne peut pas envoyer une carte postale de l’intérieur. Il existe une zone touristique où les touristes sont autorisés à acheter divers souvenirs (y compris un jeu de pièces de monnaie nord-coréennes, légèrement différentes des pièces ordinaires, qu’il est non seulement interdit de sortir du pays, mais qui ne peuvent en général pas être utilisées par un touriste).

Et voilà. Dans la même boutique de souvenirs, vous pouvez acheter une carte postale, la signer et l’envoyer en la déposant dans une boîte aux lettres spéciale. Ce qui est intéressant, c’est que même ce courrier fait l’objet d’un examen minutieux, car le cachet d’oblitération est bien postérieur à l’envoi.

L’auteur de la carte postale est le blogueur Edward Gawiler. Il prend de superbes photos de ses voyages. Et comme il vit en Allemagne, je peux dire qu’il a les reportages les plus sympas de centaines de villes allemandes, petites et grandes. Je ne le remercierai jamais assez pour ce merveilleux cadeau !

J'ai reçu une carte postale de la RPDC (Corée du Nord).
J’ai reçu une carte postale de la RPDC (Corée du Nord).

Au recto de la carte postale figure une image patriotique représentant trois soldats nord-coréens qui chargent des cartouches dans les chargeurs de leurs fusils automatiques, baïonnettes en main. En arrière-plan, des silhouettes de pièces d’artillerie et d’avions de chasse sont visibles dans le ciel.

Les soldats sont différents, tout comme les uniformes qu’ils portent. Apparemment, il s’agit de différentes branches de l’armée. À l’avant, à en juger par les boutonnières, il occupe un rang similaire à celui d’un efreyator russe ou d’un soldat supérieur ukrainien.

La toute première est un artilleur en uniforme militaire. Je ne peux pas répondre à la suivante. Peut-être mes abonnés me diront-ils si quelqu’un le sait ? Le deuxième est une sorte de fantassin. Est-il possible que le troisième soit un pilote ?

La carte postale disait : « Soyez prêts à combattre l’agresseur/l’envahisseur jusqu’au bout ! C’est en essayant de traduire cette phrase que j’ai découvert un clavier coréen intéressant, dont les caractères semblent avoir été assemblés à partir d’un kit de construction.

En parlant de l’armée. En regardant le dernier défilé militaire à Pyongyang, on peut dire sans risque de se tromper que les gars vont de l’avant. Cette fois, l’armée populaire de la RPDC a défilé de manière intimidante avec des dispositifs de vision nocturne, des lunettes tactiques et des fusils AK à chargeur à vis sans fin.

Et voici les timbres d'oblitération et les timbres éteints de la Corée sur la carte postale
Et voici les timbres d’oblitération et les timbres éteints de la Corée sur la carte postale

Mais revenons à la carte postale. Au dos, en fait, il y a des signatures… Des adresses. Et des timbres. L’un d’entre eux est un cachet de distribution de la poste aérienne. Les deux autres sont des timbres d’oblitération.

Et bien sûr, trois timbres nord-coréens modernes. Un au prix de 30 wons et deux au prix de 50 wons. Le premier contient l’image d’une fleur de rose et les autres contiennent les armoiries de la RPDC. L’inscription « 조선우표 » sur chaque timbre se traduit par « timbre-poste coréen ».

C’est ça, les amis. Pour la première fois, j’ai touché un morceau de Corée du Nord.

Эта запись также доступна на: Русский (Russe) English (Anglais) Українська (Ukrainien) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) العربية (Arabe) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Português (Portugais - du Portugal)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *